Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd'hui, je vais vous indiquer comment on désigne, chez les Koviouvaga, une personne d'après son âge :

  • nániouktchka = de 0 à 5 ans et demi
  • nánioukchka = de 5 ans et demi à 11 ans
  • nániouktka = de 11 ans à 16 ans et demi
  • nánioukta = de 16 ans et demi à 22 ans
  • tinániouk = de 22 ans à 27 ans et demi
  • nániouk = de 27 ans et demi à 33 ans
  • unániouk = de 33 ans à 38 ans et demi
  • idunániouk = de 38 ans et demi à 44 ans
  • inániouk = de 44 ans à 49 ans et demi
  • idinániouk = de 49 ans et demi à 55 ans
  • hlunániouk = de 55 ans à 60 ans et demi
  • idhlunániouk = de 60 ans et demi à 66 ans
  • syrnániouk = de 66 ans à 71 ans et demi
  • idsyrnániouk = de 71 ans et demi à 77 ans
  • imynániouk = de 77 ans à 82 ans et demi
  • idimynániouk = de 82 ans et demi à 88 ans
  • ezonániouk = de 88 ans à 93 ans et demi
  • idezonániouk = de 93 ans et demi à 99 ans
  • tchortanániouk = de 99 ans à 104 ans et demi
  • tchorta = au-delà de 104 ans et demi (très rare ! à partir de cet âge, on est considéré comme un tchorta, c'est-à-dire "esprit protecteur")

 

Le mot "naniouk" signifie "ours" ; on retrouve énormément de référence aux ours dans les étapes de la vie humaine, en raison de Tchloukhnovdlievvalyi, la "grand-mère" du peuple Ouvaga, qui, faisant partie des "Sept Premiers" (voir la Cosmogonie), a une double apparence : humaine et ursine.

À partir de "tinaniouk", il n'est pas rare qu'on ajoute un suffixe indiquant le sexe de la personne : "naï" pour les personnes de sexe féminin, "djouk" pour les personnes de sexe masculin (exemples : naniouknaï, nanioukdjouk). On traduit couramment par "madame" ou "monsieur" ; on peut traduire "tinaniouknaï" par "mademoiselle" et "tinanioukdjouk" par "mondemoiseau" (mot qui semble inusité en français de nos jours). Quand aux mots tinánioukissan, nánioukissan, tinániouktchiouk et nániouktchiouk, ils signifient respectivement : jeune fille de l’ours(e), fille de l’ours(e), jeune fils de l’ours(e), fils de l’ours(e).

Et voilà ! À bientôt !^^

Remarque : ce billet a été d’abord publié sur Nániouk-Ruvtak le 28 février 2011.