Jlyingukh

Qu’a donc cette jeune fille ? Elle vous semble bizarre ? Forcément : c’est une Ɉlyingukh. Une quoi ? Bon : prononcez juste le « y » de « yeux », puis « Line » (comme le prénom), puis « goût » (comme le sens), et enfin un « k » très doux, comme dans un souffle. Très bien ! Vous savez tous le prononcer, désormais. Mais vous ne savez toujours pas ce que ça veut dire.

Il convient tout d’abord de vous parler du Spectre des Quinze Degrés. Entendez là « spectre » dans le sens du spectre lumineux, pas dans le sens de fantôme !

spectre des 15 degrés

Il s'agit d'une classification des êtres, en 15 degrés. Elle est représentée en arc de cercle ou en pyramide (comme ici). Les degrés 1 à 8 sont plutôt du côté du vivant, alors que les degrés 8 à 15 sont plutôt du côté de la mort.

Degré 1° : les deux Esprits primordiaux (Zlaa = la lumière, et Kouvalatchyi = l'ombre)

Degré 2° : les êtres cosmogoniques (Limezinaï, la Lune, le Soleil, Ouvameïlyi, les minéraux, les végétaux...)

Degré 3° : les esprits protecteurs et/ou égareurs

Degré 4° : les Sept Premiers (les humano-ursidés)

Degré 5° : les animaux

Degré 6° : les humains d'ascendants divins (Tumlik, les quatre premiers Liatchiki, ...)

Degré 7° : les humains en tout début de vie

Degré 8° : les humains vivants

Degré 9° : les humains en fin de vie

Degré 10° : les humains compagnons d'esprits (Vádjouk, ...)

Degré 11° : les Ɉlyingukha 

Degré 12° : les liatchiki descendants des quatre énoncés au degré 6°

Degré 13° : les fantômes

Degré 14° : les empruntes (= fantômes qu'on ne peut plus ni voir, ni entendre, mais dont on ressent la présence)

Degré 15° : les esprits des morts

 

Et maintenant, entrons dans le vif du sujet, avec le degré 11° : les Ɉlyingukha.

 

Un ou une Ɉlyingukh, des Ɉlyingukha.

Etat d’un être humain, ni mort, ni vivant, mais entre les deux. Les Ɉlyingukha peuvent agir comme n’importe quel être humain vivant, y-compris avoir des enfants. Ils ne peuvent être tués, ni blessés. Seulement, cet état n’est que passager : les Ɉlyingukha passent définitivement du côté de la mort à l’âge de 38,5 ans (quand on devient idunániouk).

On ne naît pas Ɉlyingukh, on le devient, après un procédé précis relativement complexe : il faut d’abord confectionner un breuvage à partir d’ingrédients secrets, faisant référence à la Cosmogonie ; ce breuvage doit être ensuite versé bouillant dans une coupe de cristal noir ; les mains sur la coupe (mais de manière à ne pas se brûler), on nomme les êtres de la Cosmogonie, en commençant par les humains puis en remontant jusqu’à « Soleil _ Ouvameïlyi _ Lune _ Limezinaï _ Zlaa _ Kouvalatchyi », enfin on boit d’une seule traite le « breuvage noir » (qui aura eu le temps de refroidir suffisamment pendant l’égrenage des noms cosmogoniques) ; par la suite, dans une limite de trois nuits et trois jours suivant l’absorption du breuvage, il faut s’asseoir sur un sol naturel (terre nue, herbe, rocher…), tracer à l’aide d’un outil naturel (doigt, bout de bois, craie brute, caillou, terre, …) le « Spectre des quinze degrés », nommer chaque degré en le marquant (de pierres, cailloux, bouts d’herbe, petits tas de terre, …), et enfin frapper le degré « Ɉlyingukh » avec un objet pointu (couteau, poignard, …).

On ressent alors une grande vague froide, puis chaude. L’apparence change : la peau devient blanche et glacée, les cheveux, les yeux, les cils et les sourcils deviennent noirs, les ongles deviennent noirs, lisses et brillants de manière à refléter les alentours. Les Ɉlyingukha peuvent parfaitement voir dans l’obscurité. Leur intégrité physique ne peut être atteinte ; ils demeurent tels qu’ils étaient lors de leur passage de l’état de « vivant » à celui de Ɉlyingukh, ne vieillissant pas physiquement.

Il faut être nánioukta, tinániouk ou nániouk (soit avoir au moins 16,5 ans, et ne pas avoir plus de 33 ans) pour devenir Ɉlyingukh : si on tente de le devenir avant 16,5 ans ou après 33 ans, le « breuvage noir » est régurgité dans la minute qui suit son absorption.

Si on n’achève pas le processus dans la limite des trois nuits et trois jours, on meurt.

Quel est l’intérêt de devenir Ɉlyingukh dans de telles conditions ? Les raisons sont multiples et dépendent de chacun. Il s’agit souvent de personnes voulant accomplir un acte particulièrement dangereux pour défendre une cause. Il y aurait beaucoup de Ɉlyingukha en temps de guerre, par exemple. Quoiqu’il en soit, devenir Ɉlyingukh n’est pas une décision qui se prend à la légère.

Je rappelle enfin qui les Ɉlyingukha sont des êtres qu’on trouve dans les contes, mythes, légendes et fables koviouvaga, tout comme on trouve dans des contes, mythes, légendes et fables d’autres peuples des vampires, des loups-garous, des fées, …

A bientôt !^^

[lire les tous débuts de la Cosmogonie]

[lire une histoire mettant en scène Limézinaï]

[lire pour découvrir qui sont les Sept Premiers]

[lire une histoire mettant en scène Tumlik]

[lire l'histoire de Vadjouk et de la naissance des quatre premiers Liatchiki]

[lire la même histoire mais racontée d'une autre manière (dans le cadre du cycle "nourriture humaine")]