En Syrie, plus de 7 600 personnes (des civils pour la plupart) sont mortes depuis mars 2011. Le régime syrien en place donne régulièrement l’ordre à l’armée de tirer sur la foule et de bombarder les habitations ; des enfants sont emprisonnés et torturés ; chaque jour connaît son bain de sang… Et ce régime ne veut pas que le monde sache ce qui se passe : en effet, comment continuer à tuer tranquillement si des journalistes sont là pour le montrer ? C’est ainsi qu’aujourd’hui, à Homs, le photojournaliste français Rémi Ochlik et la journaliste américaine Marie (ou Mary) Colvin ont été tués dans un bombardement visant le centre de presse d’opposition dans le quartier de Baba Amr ; le militant syrien d’opposition Omar Chaker a indiqué que plusieurs autres journalistes étrangers, (dont la française Edith Bouvier) ont été blessés. Selon les témoins, un obus a touché la maison dans laquelle se trouvaient les journalistes, qui ont ensuite été « poursuivis » aux tirs de roquette. Une pensée pour eux, leurs familles, et tous les Syriens (et que le régime tombe !).