C’était le mardi 29 septembre 2009. Mes parents venaient de partir au Portugal, et je me retrouvais donc toute seule à la maison. Comme tous les mardis, j’étais partie à la danse. Mais lorsque je revins…

« Ptn, j’en ai marre des failles ST ! » soufflé-je. En effet, une colonne de chars allemands de la 2de guerre mondiale faisait route vers mon village. Ils allaient assez lentement. Plus lentement que moi, en tout cas ! Je me dépêche de rentrer chez moi, je me précipite vers le congélateur : du répulsif ! Héhé… Je vais en pulvériser juste à l’entrée du terrain (sans lésiner sur la quantité), remets le tube en place dans le congélateur, je ferme vite fait tous les volets et toutes les portes, et je me mets à mon poste d’observation, à ma fenêtre, par l’interstice des volets. Hihihi, ils ne vont pas pouvoir passer, hahaha… Ils essaient de pénétrer dans le terrain avec leur char, sans succès. Ils en descendent, et là, alors que je m’attendais à les voir confrontés à un mur invisible infranchissable, j’ai la mauvaise surprise de constater qu’ils envahissent mon terrain, à pied, sans problème. Je vais au congélateur pour vérifier le répulsif : « 2005 ! ZeN avec ses produits périmés, je le retiens ! » Mais qu’à cela ne tienne, j’ai un autre plan. Suis-je à moitié Drevulkha*, oui ou non ! Je remonte de la cave, ouvre la fenêtre de la cuisine : les autres sont passés derrière la maison. J’en entends certains tenter d’ouvrir les volets, en vain. Je souffle au Vent des mots à l’attention du Saule pleureur. Ce dernier réagit aussitôt : un vigoureux coup de branches renvoie les intrus dans leur époque. « Merci pour ce coup de pouce », dis-je au Saule, qui semble se renfrogner. « Enfin… Pour ce coup de branches », corrigé-je. Le Saule se détend, et me réponds « de rien jeune fille ; les arbres aussi ont été concernés, et c’est avec plaisir que j'ai ainsi vapsoulié** ces intrus.» Et là, je me suis réveillée…

 

* fille des arbres

** mot inconnu, entendu pour le première et seule fois pour le moment dans ce rêve, et qui, d’après le contexte, semble signifier « virer, renvoyer avec force, éliminer du champ de vision d’un coup de branche.

 

P.S. : un truc qui n’a absolument rien à voir : en cette période de Roland Garros, je vous mets ici l’extrait de mon 9ème billet, publié le 15 mars 2006 à 18h14 :

La mère d’une fille que je connais est un jour entrée horrifiée dans le salon, où sa fille regardait un match de Roland Garros. Elle avait été alarmée par des cris (les cris poussés par les joueuses de tennis chaque fois qu’elles renvoyaient la balle), et, croyant que sa fille regardait des films porno, avaient fait irruption dans le salon !!! Heureusement qu’il y avait les images pour expliquer la situation !!!

Pour lire l’intégralité du billet en question, cliquez ici :

http://etkonilatki.wordpress.com/2006/03/15/heureusement-quil-y-a-les-images/

à bientôt !^^